Comment réagir face à un mauvais payeur ?

logo-rcgs-haut
WWW.RCGS.BE
Aller au contenu




Comment réagir face à un mauvais payeur ?

CREATION RCGS COMINES WARNETON
Publié par RCGS dans Comines-Warneton · 19 Avril 2020
L’un de vos clients tarde à régler sa facture ? Sachez qu’il existe plusieurs solutions afin de récupérer votre argent. Mais toute décision nécessite réflexion… Tout n’est pas permis et vos actions peuvent avoir des conséquences néfastes. Voici donc une liste des démarches à entreprendre ou à éviter face à un mauvais payeur !


Les choses à ne pas faire
Attendre les bras croisés :  Dès que vous constatez que votre client n’a pas payé sa facture à la  date d’échéance convenue, agissez immédiatement en lui rappelant la  créance impayée. Un temps de réaction trop long de votre part suffirait à  vous faire perdre la créance via prescription ou règlement collectif  des dettes (RCD). Si la durée d’une prescription équivaut généralement à  10 ans, les hôtels et restaurants n’ont ainsi droit qu’à un délai de 6  mois tandis que la créance d’un marchand vers un particulier s’élève à 1  an. Quant au RCD, il s’agit d’un règlement judiciaire ayant pour but de  rétablir la situation financière en permettant au débiteur de payer ses  dettes avec l’intervention d’un médiateur qui gérera son patrimoine  tout en garantissant une vie conforme à la dignité humaine. Une fois  informé de la RCD de votre débiteur, vous aurez 1 mois pour déclarer  votre créance faute de quoi, celle-ci ne sera pas prise en compte !
Opter immédiatement pour les grands moyens :  S’il convient de réagir rapidement, ne brusquez pas pour autant votre  débiteur en envisageant dès le départ une action en justice. En effet,  votre réputation pourrait en pâtir et vous risqueriez de perdre un  client. Un impayé peut très bien résulter d’un oubli ou encore  témoigner  de petits problèmes financiers. Dans ce cas, vous pourriez  mettre en place un échéancier avec paiement en plusieurs parties en  veillant toutefois à coucher sur le papier tout accord verbal, à faire  signer cet exemplaire au client en lui transmettant une copie.
Menacer son débiteur :  Pas question de harceler ou d’intimider votre client, ni même de faire  allusion à son statut de « mauvais payeur », que ce soit sur l’enveloppe  d’une lettre de relance ou en contactant l’un de ses proches. En effet,  renoncer à ces mesures de confidentialité nuirait à votre réputation.
Les initiatives à avoir
Établir des factures détaillées :  Afin d’éviter de devoir courir après un mauvais payeur, quelques règles  peuvent être fixées en amont et tout commence lors de la facturation !  Pensez par exemple à signaler que, comme l’autorise la loi, une pénalité  pourra être réclamée en cas de retard de paiement ; ou encore à  préciser dans vos conditions de vente que tous frais de recouvrement  seront à la charge du débiteur en cas d’impayé. Vous pouvez également  suggérer d’emblée à votre client de diviser le versement en acomptes si  cela peut faciliter son paiement.

Couper le service offert :  Si vous êtes fournisseurs d’eau, gaz, électricité ou encore d’internet  ou d’une ligne téléphonique, bloquer l’accès à ces services fera  certainement retentir la sonnette d’alarme auprès d’un mauvais payeur et  empêchera une accumulation de dettes pendant le recouvrement des  impayés déjà existants.
Relancer par téléphone et par écrit :  Pour préserver au maximum votre relation commerciale, l’indulgence est  capitale dans un premier temps. Commencez donc par relancer poliment  votre client par téléphone avant de poursuivre, si nécessaire, par une  relance écrite en recommandé et avec accusé de réception, en mentionnant  un nouveau délai de paiement et en respectant les diverses  règlementations en vigueur. Ces démarches nécessitant parfois beaucoup  de temps et d’énergie, il pourrait sans doute être intéressant d’opter  pour les services d’une agence de recouvrement qui se chargera de toutes  vos relances et bien plus encore en veillant à vous informer de leurs  opérations par un suivi en temps réel.
Faire appel à un intermédiaire :  Un huissier de justice peut tenir le rôle de messager entre vous et  votre débiteur dans le cadre d’un recouvrement à l’amiable (qui débutera  avec une mise en demeure)… ou par contentieux (des mesures juridiques  seront alors prises). Enfin, vous pouvez avoir dès aujourd’hui recours à  une agence de recouvrement. Outre les relances, celle-ci peut  effectivement s’occuper des divers encaissements et fixer des échéances  avec votre débiteur afin de s’assurer que ce dernier rembourse ses  dettes, à condition que vous vous soyez arrangés à l’amiable avec lui.  Vous évitez le conflit avec votre client et sa vie comme la vôtre s’en  trouvent facilitées ! Pour bénéficier d’une comparaison d’offres de  différents bureaux, complétez sans plus attendre votre demande de  devis !

www.recouvrement-creance.be
Sources de l'article:



Il n'y a toujours pas des critiques.
0
0
0
0
0
Retourner au contenu